ALOPECIE_QUESTIONS_MÊME COSMETICS 5
MES CHEVEUX, Soin du corps pendant mon cancer

L’alopécie, ou la perte des cheveux, en 10 questions

10 minutes de lecture

L’alopécie est bien souvent un des effets secondaires les plus craints et redoutés par bon nombre de patients et patientes.
Quelles sont les causes de cette perte de cheveux ? Quelles interrogations quant à la chute éventuelle des cils et sourcils ? Est-ce douloureux ? Quand est-ce que cela repousse ? 

Chez MÊME, nous avons essayé de faire le tour du sujet en 10 questions ciblées, afin de vous donner les clés pour mieux comprendre et affronter cette épreuve.

Comprendre les causes de l’alopécie

1. Pourquoi la chimiothérapie entraîne-t-elle une perte des cheveux ?

L’objectif premier de ce traitement est d’agir sur le développement des cellules cancéreuses afin de le stopper, et donc détruire ces vilaines cellules. La particularité de ces dernières est qu’elles se divisent et évoluent très rapidement, c’est pourquoi la chimiothérapie vise et combat en priorité les cellules à renouvellement rapide.
Elle touchera donc indifféremment les cellules cancéreuses et les cellules saines, en particulier celles très actives comme les cellules responsables de la pousse de nos poils et cheveux, situées dans les follicules pileux.
Elles sont, par conséquent, les malheureuses victimes collatérales de cette thérapie, ce qui provoque alors une chute des cheveux.

2. Comment expliquer que tout le monde ne perde pas ses cheveux ?

Il est important de souligner que tous les agents de chimiothérapie n’entraînent pas nécessairement une perte totale des cheveux. Certains vont être plus agressifs et alopéciants que d’autres. Il est possible que votre masse capillaire soit moins dense, et vos cheveux plus fragiles. N’hésitez pas à poser des questions sur ce sujet directement à votre oncologue. Il sera le plus à même pour vous répondre de manière précise.

ALOPECIE_QUESTIONS_MÊME COSMETICS 1

Le degré d’alopécie va dépendre de plusieurs facteurs : il variera d’abord en fonction du type de médicament utilisé (comme expliqué plus haut), ainsi que du nombre de séances de chimiothérapie prévu, et de la dose administrée à chaque cure.
L’importance de l’alopécie différera également en fonction de votre âge et de la qualité de vos cheveux. Certaines personnes (petites chanceuses !) vont en effet avoir une nature de cheveux plus résistante que d’autres.

Quoi qu’il en soit, rappelez-vous que cette chute est temporaire et surtout réversible !
(Vous appréhendez cette potentielle chute ? Adopter une coupe courte, raser sa tête…? Retrouvez nos précieux conseils dans notre article pour aborder la chute de cheveux le plus sereinement possible).

3. Et la radiothérapie dans tout ça ? Fait-elle perdre les cheveux ?

On constate une perte de cheveux (ou de poils) uniquement dans la zone irradiée.

Avec une radiothérapie cérébrale, les rayons traversant le cuir chevelu, la partie du crâne traitée (ou le crâne entier si celui-ci est traité dans sa globalité) perdra ses cheveux. La perte se trouvera donc très localisée. L’importance de cette perte, et donc de la repousse, dépend de la dose de rayons administrée, et fluctue d’une personne à l’autre. L’administration d’une faible dose n’engendrera qu’une perte temporaire.
En revanche, en cas de dose plus conséquente, la question d’une potentielle repousse sera alors plus problématique.
Pensez à en parler préalablement avec votre radiothérapeute-oncologue.

Si repousse capillaire il y a, celle-ci sera plus tardive et lente qu’une repousse post-chimiothérapie. Comptez 3 à 6 mois en moyenne. Il faudra donc s’armer de patience ! Et ne soyez pas surpris(e)s quant à l’aspect de vos cheveux : une modification de leur couleur et/ou de leur texture est tout à fait normale, et même assez fréquente au début de la repousse.

 

Parlons peu, parlons… poils !

4. La chimiothérapie cause-t-elle la perte des poils ? Quid des cils et sourcils ?

Comme pour les cheveux, la dépilation constitue également bien souvent un effet indésirable redouté lié à la chimiothérapie.

L’étendue de celle-ci va dépendre du type de traitement administré, et changera par conséquent d’un cas à l’autre. La probabilité d’une dépilation générale et totale sera plus forte si la chimiothérapie suivie implique un risque de chute importante.
Les poils des bras, des jambes, des aisselles, ainsi que les poils pubiens sont généralement affectés après le cuir chevelu, la pousse liée à ces régions du corps étant moins active.
Les cils et sourcils sont bien souvent les derniers touchés. Certain(es) d’entre vous verront leurs cils devenir plus fins, en perdront quelques uns, voire plus. Cette chute peut survenir juste après celle des cheveux, à la fin des séances de chimiothérapie, comme pas du tout.

Encore une fois, chaque personne, avec ses spécificités et son protocole de soins, est amenée à réagir différemment !

 

Appréhender la chute des cheveux, MÊME pas peur !

5. Au bout de combien de temps la chute des cheveux survient-elle ?

On se répète encore et toujours, mais tout dépend de la chimiothérapie prescrite, ainsi que des doses administrées.

En moyenne, on observe une perte de cheveux après 2 à 3 semaines de traitement, mais il n’est pas impossible de croiser un patient constater celle-ci dès la première séance.
Cette chute peut se faire de manière progressive, comme brutale, les cheveux tombant alors par plaques plus ou moins importantes.

Ne prenez pas peur ! Il existe certaines solutions pour freiner cette perte de cheveux (on vous en dit plus ici sur l’utilisation du casque réfrigéré pour éviter ou limiter la perte des cheveux !)

ALOPECIE_QUESTIONS_MÊME-COSMETICS-7B

 

J’adopte une routine capillaire adaptée !

6. Comment prendre soin de mes cheveux durant la chimiothérapie ?

Un seul mot d’ordre : ménagez votre crinière !

Coiffez-la avec délicatesse à l’aide d’une brosse aux poils souples. Lors de la douche, utilisez de préférence un shampoing doux au pH équilibré. Essayez (si possible) de vous laver les cheveux la veille d’une cure de chimiothérapie, et attendez quelques jours (voire une semaine) avant de réitérer l’opération. Il est important de ne pas sur-solliciter vos cheveux, et donc d’espacer un maximum les shampoings.
Une fois propres, laissez vos cheveux sécher à l’air libre, ou tamponnez-les légèrement à l’aide d’une serviette.

Attention : les appareils chauffants (type sèche-cheveux, lisseur, fer à friser…etc.) sont à proscrire, ces derniers pouvant aggraver la chute. Il va sans dire que coloration, décoloration ou encore permanente sont fortement déconseillées elles aussi.
En panne d’idées de coiffure ? Vous vous sentirez vite incommodées par un chignon trop serré ou des nattes tirant sur votre cuir chevelu. Allez à l’essentiel, et laissez vos cheveux détachés.

Astuce bien-être : pensez à la taie d’oreiller en satin ou en soie pour dormir (existe aussi en version bonnet) ! Confort assuré pour vos jolies petites têtes 😊

 

Douleur or not douleur, telle est la question !

7. La perte des cheveux est-elle physiquement douloureuse ?

Il n’est pas rare que la chute de cheveux s’accompagne d’une hypersensibilité du cuir chevelu (aussi connu sous le nom barbare de “trichodynie”).
Sensations de picotement, d’irritation ou encore démangeaisons au niveau du scalp avant et durant la chute… Il est alors nécessaire de veiller particulièrement sur ce dernier en lui prodiguant des soins adaptés.

En d’autres termes : CHOU-CHOU-TEZ LE !
Soyez doux(ces) avec lui, massez-le avec délicatesse pour le nourrir et le protéger des agressions extérieures.

ALOPECIE_QUESTIONS_MÊME-COSMETICS-3

Petit conseil d’ami : pensez aux huiles végétales ! Huile d’amande douce, beurre de karité, huile de coco ou encore huile de ricin… Vous pouvez également opter pour notre brume pour le cuir chevelu, apaisement immédiat garanti, elle est faite pour cela et son efficacité est testée cliniquement sur des femmes sous traitements anticancéreux !

 

Vêtir vos jolis petits crânes, les différentes options

Perruque, frange, foulard… Vous vous sentez perdu(e)s et ne savez que choisir: on vous comprend!
Allez donc jeter un coup d’œil à nos articles dédiés spécifiquement à ces sujets.

ALOPECIE_QUESTIONS_MÊME COSMETICS 4

Astuce pour booster sa confiance en soi : pour les personnes dont l’alopécie est partielle (ou lors de la repousse des cheveux si ces derniers sont particulièrement fins et clairsemés), nous vous conseillons l’utilisation d’une poudre densifiante.

Quésako ?
Il s’agit d’une poudre, composée de fibres (généralement de la kératine ou des fibres de coton), qui va venir se déposer et s’accrocher aux cheveux existants de manière électrostatique. Impression de chevelure dense assurée en un rien de temps !
Ne pénétrant pas le cuir chevelu, et n’ayant aucune action directe sur les cheveux, l’utilisation de ce produit ne semble en rien contre-indiquée pour les peaux fragilisées par les traitements (si un doute subsiste, n’hésitez pas à faire un test à l’aide d’un échantillon pour vous assurez que ce dernier vous convienne).
Pratique et rapide à utiliser, pensé pour une application quotidienne, ce produit est formulé pour résister au vent et à la pluie, et partir au bout d’un simple shampoing.

Petite recommandation: si vous envisagez une activité sportive, ou une sortie piscine/bord de mer, privilégiez plutôt le joli nouage pour éviter toute mauvaise surprise !
Vous pouvez retrouver ici ou encore des poudres densifiantes dont la composition a été validée par Maela, notre jolie responsable du développement produit en personne!
En bonus, ce principe se décline également pour les sourcils.

 

L’après traitement

8. Quand est-ce que mes cheveux vont repousser ?

C’est certainement la question que les personnes concernées par la maladie et la perte des cheveux se posent le plus fréquemment !

Il faut généralement compter plusieurs semaines (en moyenne 4 à 6) après la dernière cure pour voir les premières repousses pointer le bout de leur nez. Il s’agit en réalité du temps que le corps fasse son travail et évacue totalement les toxines médicamenteuses.
Lors de cette repousse, certain(e)s d’entre vous ne constateront aucune différence, alors que d’autres observeront une modification de la couleur et/ou de l’épaisseur de leurs cheveux (comme c’est également le cas après une radiothérapie cérébrale). Il ne s’agit là bien souvent que d’une phase avant que ceux-ci retrouvent leur aspect originel.

Comme pour les cheveux, les poils, cils et sourcils repoussent quelques semaines après la fin du traitement.
Patience” est donc le maître mot à suivre !
Si vous souhaitez cependant leur donner un coup de pouce, nous vous conseillons de lire cet article rempli de petites astuces pour booster la repousse de votre chevelure !

9. Combien de temps faut-il attendre après la repousse pour aller me faire couper les cheveux ?

Vous pouvez faire réaliser votre coupe chez votre coiffeur habituel, ou opter pour un socio-coiffeur. Quelle que soit l’option finalement choisie, il n’y a aucune indication particulière à suivre en ce qui concerne la durée à attendre avant de vous y rendre. Écoutez vous et vos besoins !

La repousse se faisant généralement de manière désordonnée et inégale, il peut être envisagé de prendre rendez-vous lorsque votre longueur atteint les 2-3 centimètres. Cela permettra au professionnel de restructurer votre coupe et d’égaliser les repousses.
La première coupe post-chimio est une étape importante à célébrer ! Prenez ce temps pour vous retrouver, et profiter comme il se doit de ce moment de détente.

Si vous aviez l’espoir de fortifier vos cheveux en les coupant, sachez qu’il s’agit là plus d’un mythe que d’une réalité. En effet, si vous désirez voir vos cheveux retrouver leur vigueur d’antan, il sera plus efficace de leur donner un coup de fouet et d’accélérer leur croissance en agissant directement sur vos racines. Sérum fortifiant, shampoing stimulant ou encore compléments alimentaires…vous avez le choix !

10. Est-ce que je peux faire des colorations après la fin des traitements ?

ALOPECIE_QUESTIONS_MÊME-COSMETICS-6Bonne nouvelle ! Il est tout à fait possible d’envisager une coloration une fois les traitements terminés. Il est cependant recommandé d’attendre environ 6 mois une fois la dernière cure administrée, afin que les cheveux aient retrouvé leur vigueur, et qu’ils recouvrent complètement votre cuir chevelu. Il est également nécessaire que ce dernier soit en bonne santé pour éviter tout risque allergique et irritation supplémentaire.
Une fois ces conditions remplies, il n’y a plus qu’à se lancer !

Nous vous conseillons, pour débuter, de vous tourner vers des colorations végétales ou temporaires, plus douces et naturelles. Après tout, il n’est pas question d’abîmer ces chères repousses tant attendues ! 😊
N’hésitez pas à vous informer auprès de votre coiffeur, il saura vous faire des recommandations pointues et avisées.

Nous espérons avoir répondu à toutes vos interrogations. ❤
N’hésitez pas à partager votre expérience et vos conseils en commentaires !

 

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

* champs obligatoires
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour. Je suis sous traitement femara et ibrance à vie. J’ai perdu près de la moitié de mes cheveux et ma peau est extrêmement sèche et fragile. Ce qui a fonctionné le mieux pour endiguer la chute de cheveux, c’est la levure de bière. Ce sont des cachets que j’achète en pharmacie. Ca a stoppé la chute et les cheveux ont en partie repoussé.

    1. Bonjour Jeanne,

      Merci d’avoir pris le temps de partager votre expérience et merci pour ces petits conseils qui serviront certainement à d’autres ! 🙂

  2. Arrêt depuis 8 jours chimiothérapie suite à cancer non hormono dépendant . Merci de vos conseils , de vos produits . L’ensemble a constitué pour moi une règle . Ongles ( silicium ) Corps ( hydratant) Visage ( hydratant )

  3. Bonjour
    Cela fait 2 ans que je prends de l hormonothérapie
    1 an avec femara
    1 an avec anastrozole
    Depuis 9 moi sur les conseils d un dermatologue je prends novophane mais je continu de perdre mes cheveux
    Si vous avez un autre traitement J aimerais l essayer
    Merci

  4. Bjr

    Qu’en est-il de la perte de cheveux suite à un traitement par hormonothérapie sous Anastrozole (Arimidex) ?
    La perte est-elle temporaire ou définitive ?
    Merci de m’éclairer.
    Isabelle

    1. Bonjour Isabelle,
      Merci de votre commentaire,
      Pour la perte des cheveux hormonale liée à l’hormonothérapie, cela dépend vraiment des personnes ! On ne peut donc pas vous répondre avec beaucoup de précision malheureusement, mais n’hésitez pas à poser la question à votre médecin qui pourra vous éclairer sur votre cas particulier et vous donner des réponses 🙂

    2. Bonjour Isabelle, oui moi aussi sous Arimidex, puis sous Aromasine, perte de cheveux conséquente, je peux dire que j’ai perdu environ la moitié de l’épaisseur de ma chevelure, heureusement j’en avais beaucoup au départ, mais cela me désole, j’ai dû changé tous les formats de mes barrettes, je n’arrive plus a avoir devant une mèche ou une frange assez fournie. Mon oncologue m’avait prévenu de ce problème chez certaines femmes ! Mais à priori ils n’ont pas de solution. Je me fais des traitements locaux par ampoules + des gélules, mais le renouvellement des cheveux est très long, donc il faut avoir beaucoup de patience.

      1. Bonsoir, je suis sous arimidex également depuis 3 mois et ma perte de cheveux est effrayante !!
        La question que je me pose: est ce que ça va être comme ça pendant toute la durée du traitement ou est ce que ça va s’atténuera ?

        1. Bonjour Valérie,

          Concernant la perte de cheveux, c’est en effet un des effets secondaires de la prise de ce médicament, mais nous ne saurons vous dire si cela va s’arrêter, s’atténuer, ou continuer.
          Il faudrait vous renseigner auprès de votre médecin traitant, il sera plus à même de vous répondre.

          N’hésitez pas si vous aviez d’autres questions !

          1. Bonjour, l’oncologue ne sait pas !!!! J’ai appelé moi même le service « informations médicales » du laboratoire qui commerciale arimidex, et , en effet c’est un effet secondaire très fréquent mais sur la durée, je n’ai pas eu de réponses. Si on corrèle la raison de la perte et le mécanisme de l’arimidex, on peut penser très fortement que ça sera sur la durée du traitement soit 7 ans pour moi. Autant dire que je n’aurais plus de cheveux!

          2. Bonjour,

            Merci d’être revenue vers nous. Nous vous envoyons toutes nos ondes de courage et de force. Notez que chaque cas est différent et que les effets secondaires peuvent évoluer dans le temps ! <3