POUR MES PROCHES

Sexualité et cancer : vivre et reconquérir son intimité

Aujourd’hui, nous avons décidé d’aborder un sujet plus intime, pour lequel vous avez sûrement des interrogations et que l’on a souvent du mal à aborder avec ses proches : la sexualité pendant et après le cancer.

Le cancer ainsi que les traitements peuvent avoir d’importantes répercussions sur la sexualité. Même si ces effets sont temporaires, il s’agit d’une part importante de nos vies et elle ne doit pas être ignorée juste parce qu’il est complexant d’en parler. Voici donc quelques conseils, quelques explications, la chose la plus importante étant que vous pouvez (et devez) en parler avec votre oncologue ou les infirmières. Ils sont là pour vous alors n’hésitez jamais !

Par ailleurs, la sexualité ne prend pas seulement en compte l’acte en lui-même, ce sont aussi l’intimité, la tendresse et l’attention que notre partenaire nous porte (ou que nous portons à notre partenaire) qui peuvent être affectés par les traitements. Les raisons sont variées: fatigue, diminution du désir, douleurs, modifications de l’image du corps, troubles de la fertilité ou encore ménopause précoce. Nous nous proposons donc de vous éclairer un peu sur ces sujets. N’hésitez pas à nous envoyer un petit message pour partager avec nous et les autres lectrices vos conseils ou astuces qui ont pu fonctionner pour vous et qui pourraient profiter à d’autres. 💕☺

 

Les troubles liés aux traitements 

Modification de l’estime de soi

Bien évidemment, l’estime de soi est affectée par le cancer. Que ce soit la perte des cheveux, des cils, la modification de la qualité de la peau ou tout simplement le moral, il est parfois très difficile d’être à l’aise avec sa propre image et sa féminité. Pourtant, il existe de nombreuses méthodes pour se sentir mieux et ainsi retrouver une sexualité plus épanouie : nous vous avons d’ailleurs concocté quelques articles pour vous aider en ce sens (rendez-vous à la fin de l’article, nous vous avons mis les liens dans la section « Solutions »). L’essentiel est de garder confiance et de ne pas hésiter à demander un peu d’aide.

Chirurgie

Certaines chirurgies peuvent avoir un impact plus important que d’autres sur son rapport à l’intimité. En effet, tout type de chirurgie, que ce soit la mise en place de votre port à cath, l’ablation d’une tumeur ou d’un organe, aura un effet sur votre ressenti face à votre propre corps. Toutefois, les conséquences de cette dernière (douleur, sensibilité au toucher, cicatrices) sont bien souvent temporaires. Du temps et beaucoup d’efforts sont nécessaires pour maintenir ou retrouver le même niveau d’intimité qu’avant le diagnostic. Il vous faut être patient l’un envers l’autre et penser à ce que l’autre ressent.

Radiothérapie

Votre sexualité peut être affectée par la radiothérapie, notamment lorsque celle-ci est pratiquée sur la zone pelvienne, c’est-à-dire dans la région du « bas-ventre ».

En effet, avec l’irradiation, les ovaires cessent de fonctionner de façon temporaire ou définitive suivant la dose de rayons et cela entraine une aménorrhée : un arrêt des règles. Si la dose reçue n’entraine pas de ménopause, alors vous retrouverez vos règles dans quelques semaines ou mois, après l’arrêt des traitements.

A nouveau: pas de panique, ces conséquences vous seront expliquées par votre médecin et vous aurez alors tout le temps de poser les questions qui vous viennent.

Enfin, la radiothérapie à forte dose peut avoir des conséquences sur le vagin : fragilisé par les traitements, il se peut que vous soyez plus sensible, il peut y avoir d’éventuels saignements, des douleurs ou gênes durant les rapports sexuels, car le vagin devient plus étroit. Afin d’éviter cela, votre médecin pourra vous prescrire un mandrin. Pendant la période de radiation, les rapports pourraient être beaucoup plus difficiles voire non recommandés, demandez donc conseil à votre médecin afin qu’il vous indique le meilleur comportement à adopter dans votre cas !

Chimiothérapie

Certaines chimiothérapies peuvent elles-aussi induire une ménopause temporaire ou définitive. Attention toutefois, même si vos règles ne surviennent plus, il est important de continuer à utiliser une contraception adaptée car une grossesse reste possible dans certains cas. Tout dépend de votre chimio et de votre cas.

Autre désagrément, certaines chimios créent des inflammations des muqueuses, appelées « mucites ». L’intérieur de la bouche, par exemple, ou le vagin peuvent subir une inflammation très désagréable et handicapante pendant un certain temps. Il est alors évident que les rapports sexuels ne seront pas possibles à cette période, mais les câlins et les bisous restent très conseillés ! 😉

De façon générale, la libido ou désir sexuel est modifié au cours des traitements par la chimiothérapie en raison de ses effets secondaires : mucite, nausées, vomissement…

A nouveau, vous devez vous rassurer face à ces effets secondaires, surtout bien prévenir vos médecins lorsqu’ils apparaissent afin qu’ils soient le mieux pris en charge possible. Pendant cette période, vous devez avant tout vous concentrer sur votre confort et votre bien-être ! ☺

 

même cosmetics-Sexualité et cancer-vivre et reconquérir son intimite

Quelles solutions ?

Ré-apprivoiser son image et ses sensations

La première étape vers le mieux-être est avant tout de ré-apprivoiser votre image à votre rythme et à votre façon. Retrouver sa féminité et se sentir à nouveau à l’aise peut prendre du temps et c’est seulement à force de patience que vous vous sentirez mieux, dans votre peau comme dans votre lit 😉

Ainsi, si vous montrer tête nue vous semble totalement inconcevable, vous pouvez tout à fait vous tourner vers les foulards (voir ici), perruques (voir ici et ) ou franges qui vous permettront d’habiller joliment votre tête.

Des professionnels sont aussi à votre disposition pour vous aider à reconquérir votre féminité et regagner confiance en vous : les socio-esthéticiennes, comme Corinne que nous avions interviewée, sont à votre disposition pour vous aider à choisir une perruque adaptée ou encore vous procurer des soins.

Le sport doux peut aussi être une façon de reconquérir votre corps (voir ici).

Enfin, les petits produits MÊME devraient aussi vous aider à lutter contre les effets secondaires des traitements sur la peau : leur sortie est toute proche, encore quelques semaines à attendre ! ✨💕

Si vous avez subi une hysterectomie ou une mastectomie, ou toute autre opération, il peut être encore plus difficile de vous réapproprier votre apparence, ainsi que vos sensations. Vous pouvez parfois ressentir de la gêne à vous regarder, à vous laisser regarder et toucher : pour cela il est important d’en parler à votre partenaire, afin de lui expliquer votre réticence et ce qui pourrait vous faire plus plaisir maintenant qu’avant. Votre sexualité ne peut pas rester la même, elle devra forcément s’adapter et c’est à deux que vous trouverez le bon rythme: pas toute seule.

 

Parler !

Comme nous le disions plus haut, l’important pour retrouver une intimité satisfaisante avec votre partenaire est de parler avec lui ! Du temps, ainsi qu’une communication ouverte et franche sont nécessaires.

– Vous devez chacun exprimer vos peurs, vos inquiétudes, besoins afin que l’autre les connaisse : si elles vous paraissent évidentes, les exprimer ne pourra que clarifier les choses et vous faire du bien à tous les deux.

– Vous n’avez pas envie ? Dites-le et expliquez pourquoi à votre partenaire: il comprendra. De plus, il existe des dizaines de façon d’exprimer son affection à son partenaire sans pour autant passer par un rapport sexuel : se câliner, passer un moment doux et simple ensemble, …

S’il s’agit d’une nouvelle relation, n’hésitez pas à l’informer de votre maladie, même si cela peut faire peur d’en parler, afin d’éviter qu’il découvre tardivement certaines séquelles physiques et ne soit gêné ! N’hésitez pas à lui en parler.

 

Ménopause précoce

La ménopause précoce peut être induite par une ovariectomie ou encore lorsque l’activité ovarienne est mise « en pause » par la chimio ou la radiothérapie. Cet arrêt de l’activité des ovaires provoque les symptômes d’une ménopause tels que des bouffées de chaleur (surtout la nuit) et une atrophie (réduction de la taille) du vagin, ainsi qu’un désintérêt pour le sexe. Ce dernier est principalement lié à l’inconfort induit par la ménopause précoce, plus que par un changement hormonal. Etant donné qu’à l’inverse d’une ménopause naturelle, les effets secondaires se font sentir d’un coup et non progressivement, votre médecin pourra vous prescrire de quoi réduire ces effets et vivre la transition plus en douceur.

Quoi qu’il en soit, et afin d’être sûre que les effets que vous ressentez sont bien liés à une ménopause précoce, ou afin de savoir s’il est possible de limiter ces effets, demander son avis à votre oncologue ou à votre généraliste qui sera le seul capable de vous offrir des soins adaptés à votre cas.

LILI SOHN SEXUALITE CANCER MEME

A qui en parler ? Où se renseigner ?

Si vous ressentez le besoin de parler à quelqu’un mais ne savez pas vraiment à qui vous adressez, voici quelques idées :

Votre oncologue / une infirmière : si vous vous sentez assez à l’aise avec votre médecin ou une infirmière il est fortement conseillé de s’adresser à eux en premier, car ils auront une véritable connaissance de votre cas ainsi que de votre traitement et sauront bien vous conseiller au niveau médical. Après tout, vos médecins ont dû vous voir nue plus d’une fois, alors leur parler ne devrait plus vous gêner ! 😉

– Au niveau psychologique, il vous est tout à fait possible de vous adresser à un(e) psychologue. Il existe aussi des groupes de parole comme ceux qui sont organisés à la Maison des Patients de l’Institut Curie – Hôpital René Huguenin de Saint Cloud. Renseignez vous, il doit sûrement y en avoir près de chez vous !

Une personne proche de vous, une amie, un parent : ils vous connaissent, savent ce que vous traversez en ce moment et ne seront donc pas offusqués que vous leur demandiez conseil à ce sujet ! Nous savons qu’il est toujours difficile d’aborder sa sexualité avec une autre personne, pourtant tenter d’en parler peut vous apporter beaucoup 🙂

Pour avoir plus de renseignements, nous avons sélectionnés pour vous :

–  un dossier très fourni mis en ligne par La ligue contre le cancer

– un article de l’Institut National du Cancer ,

– ou encore le site La vie autour qui vous permettra de savoir où trouver des soins de support autour de chez vous 🙂

Si vous avez envie de vous informer de façon ludique, nous vous conseillons les bds de Lili Sohn intitulées « La guerre des tétons », dans lesquelles elle raconte ses aventures et ses batailles contre le cancer avec beaucoup d’humour. D’ailleurs, Lili va bientôt ouvrir un blog traitant de l’anatomie féminine, mais aussi de la sexualité afin de nous informer le plus possible et que nous ne soyons plus jamais perdues face à notre propre corps : Vagin Tonic !

 

Nous espérons que cet article vous aura informées, rassurées, aidées, surtout n’hésitez pas à nous laisser des commentaires pour nous dire ce que vous en avez pensé ! Belle journée nos petites cancer fighteuses ✨💕

5 commentaires

Voir plus +
  • kriss 1 mai 2017 à 16 h 38 min

    Bonjour,
    Opérée depuis deux mois d’une tumeur du sein, j’ai subi une mastectomie totale du sein.Jusque là, tout va bien, l’opération se passe très bien, trois semaines après j’apprends que la tumeur était totalement partie donc pas de traitements!!! génial me direz vous!!!! moi aussi je le pensais. Mais maintenant, je suis seule avec mes interrogations, car plus de suivi médical, l’oncologue je ne l’a revois qu’en septembre.
    Les personnes qui sont dans mon cas sont plus suivi par le corps médical et là c’est vraiment durs. Car les questions sont multiples!!!!!
    Voilà ce que j’avais envi de vous dire!!! merci.

    Répondre
    • Judith de MÊME 31 mai 2017 à 14 h 52 min

      Bonjour !

      Merci beaucoup pour votre message ! Sachez qu’il existe beaucoup de groupe de parole ou de réseau sur internet comme « Mon Réseau Cancer du Sein » qui vous permettront de partager vos interrogations et vos angoisses à des femmes concernées ou qui sont déjà passées par là !

      Répondre
    • Judith de MÊME 10 janvier 2018 à 13 h 34 min

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre témoignage. Le retour à une vie « normale » peut effectivement être très perturbant ! Nous vous conseillons cet article (https://www.memecosmetics.fr/blog/cancer-retour-travail/) qui vous donnera de nombreux conseils !

      Répondre
  • Latifa Medrek 11 janvier 2017 à 23 h 56 min

    Permettez moi d’ajouter une pierre à votre grand édifice : il est vrai qu’après l’épreuve de la maladie , il faut affronter le retour à la vie normale avec son lot d’appréhensions : perte de confiance , peur de la récidive et tous les tracas de la vie quotidienne ….. Mais on a la chance d’être soutenu par les associations telles que la votre qui nous aident à reprendre pied et à aimer de nouveau la vie , à s’aimer enfin , pour reprendre goût au bonheur . Merci pour votre engagement et vos initiatives .

    Répondre
    • Judith de MÊME 10 janvier 2018 à 13 h 32 min

      Bonjour Latifa,

      Nous sommes très touchées par votre message ! Mercis mille fois pour votre confiance et pour votre gentillesse !

      Répondre

    Laissez un petit commentaire !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *