LES COULISSES DE MÊME

Comment lutter efficacement contre la sécheresse vaginale ?

solutions sécheresse vaginale
7 minutes de lecture

Si l’on a parfois, à tort, du mal à en parler, la sécheresse vaginale peut faire partie des effets (très) indésirables de vos traitements.

Nous avons mené notre petite enquête pour vous : qu’est ce que c’est concrètement ? Comment peut-on lutter contre cette sécheresse de notre intimité ? Quelles solutions pour en limiter l’inconfort au quotidien ?

On vous dit tout, tout, tout, sans tabou !

1. La sécheresse vaginale : qu’est ce que c’est concrètement ?

Oui, parce qu’à part sentir que la sécheresse vaginale nous démange et peut causer de petites lésions et des douleurs, on sait rarement ce qu’il se passe au niveau de notre corps !

En fait, notre vagin est composé, entre autres, de petites glandes qui sécrètent des substances lubrifiantes. Ces sécrétions sont nécessaires au nettoyage du vagin mais aussi à son hydratation. Elles permettent en effet de se débarrasser des cellules mortes et de contribuer à l’hydratation de l’entrée du vagin et des petites lèvres.

Et pour que ce soit plus clair, cela ressemble à ça :

sécheresse vaginale explication

Ces sécrétions varient en fonction de notre cycle menstruel et de notre activité sexuelle.

Quand ces sécrétions, pour une raison ou pour une autre, s’arrêtent, la muqueuse s’affine et se rétracte. Elle devient ainsi beaucoup plus fragile qu’en « fonctionnement normal ».

Et les symptômes de tout cela ? Ils peuvent aller d’une légère sensation d’inconfort jusqu’à des irritations et des rapports sexuels douloureux.

Aussi, la flore vaginale est endommagée (en effet, les « bonnes » bactéries ne survivent pas sans lubrification), et du coup, le risque d’infections urinaires et de mycoses est plus important !

2. Quelles sont les causes de la sécheresse vaginale ?

On l’a dit, les sécrétions des glandes vaginales varient en fonction de votre cycle menstruel. Un dérèglement hormonal est souvent à l’origine d’un dysfonctionnement des glandes vaginales. Si nous pouvons donc toutes y être exposées, quel que soit notre âge, de grosses perturbations hormonales comme la ménopause peuvent favoriser ce dysfonctionnement.

Les traitements anticancéreux, et notamment la chimiothérapie, l’hormonothérapie ou la radiothérapie sur les zones du périnée ou des ovaires, ont des effets toxiques sur votre organisme et notamment vos ovaires. Par conséquent, ils peuvent provoquer une ménopause précoce, ou simplement dérégler vos hormones. Ajoutez à cela le stress et la fatigue causés par la maladie, et vous obtenez un terrain particulièrement propice à la sécheresse intime.

Rassurez-vous, on vous a déniché quelques solutions pour lutter contre cet effet plus qu’indésirable des traitements !

3. Nos solutions pour lutter contre la sécheresse vaginale

D’abord, faites attention à votre toilette intime !

Huile naturelle douche meme cosmetics
Huile Douche douceur, MÊME Cosmetics

En effet, les gels douches classiques sont généralement trop agressifs sur une peau déjà fragilisée et desséchée. L’idéal est d’utiliser un soin adapté à la toilette intime. Sinon, vérifiez que le pH de votre produit de douche est compris entre 5 et 7 pour être adapté à votre intimité. Ça tombe bien, c’est le cas de notre huile lavante pour le corps ! Toute douce et à la formulation irréprochable, vous pouvez l’utiliser pour votre toilette intime, bonne nouvelle non ?

Une hygiène intime trop agressive peut également favoriser la sécheresse intime : on ne nettoie jamais l’intérieur de son vagin, même avec de l’eau ! La toilette intime ne doit concerner que les parties externes de votre intimité : les lèvres et la vulve.

Et niveau protection hygiénique pendant ses règles ?

Vous l’avez sûrement déjà entendu mais les tampons, les serviettes hygiéniques jetables et les protège-slips sont loin d’être au top pour prendre soin de vous !

Les serviettes hygiéniques jetables sont composées en grande partie de plastique, et peuvent donc favoriser le développement d’un terrain favorable à la sécheresse vaginale (et aux mycoses, soit dit en passant).

Évitez au maximum de porter des protège-slips au quotidien ! Ils sont trop absorbants et donc desséchants. À proscrire complètement si on est déjà irritée par là-bas.

Les tampons peuvent également assécher votre vagin. En plus d’absorber les pertes sanguines, ils absorbent une partie de la flore vaginale et perturbent donc son équilibre.

On fait quoi du coup ? On privilégie la cup ! Et on la choisit de préférence 100% en silicone médical, sans agents blanchissants et sans parfum. Parfaitement adaptée à la forme de votre vagin, et plus hygiénique et « safe » que les protections jetables, la coupe menstruelle n’assèche pas votre vagin ! Et en plus, la cup est économique et écologique 😉

Ensuite, adaptez votre tenue !

Niveau sous-vêtements, on évite ceux en fibres synthétiques qui peuvent vous irriter et on privilégie des jolies culottes toutes douces en coton qui limitent les risques de frottements et d’irritations.

sécheresse vaginale sous vetements

On range aussi ses jeans slims et ses pantalons un peu serrés (on va pouvoir laisser notre corps respirer un peu !) et on sort plutôt des pantalons plus larges et fluides et ses jolies jupes et robes ! L’idée est d’éviter au maximum les frottements dans cette région pour ne pas aggraver la sécheresse et les irritations. Et de se sentir toujours aussi féminine dans des vêtements tendres et fluides 😊

Parlez-en avec votre médecin traitant ou votre oncologue pour trouver des solutions !

Si la sécheresse est trop inconfortable ou s’aggrave, ou même dès les premiers signes, parlez-en à votre équipe médicale ! Même si certaines d’entre nous peuvent parfois se sentir gênées en abordant le sujet, il ne faut surtout pas ! De nombreux traitements pour la sécheresse vaginale existent et peuvent vous faciliter la vie. En parler avec votre oncologue pourra vous permettre de trouver ensemble ce qui est le plus adapté en fonction de vos besoins, de vos traitements actuels, et de vos habitudes !

Quelques ingrédients naturels pour y remédier 

Après en avoir parlé à votre médecin, vous pouvez vous tourner vers des ingrédients naturels pour limiter l’inconfort lié à la sécheresse vaginale et favoriser la réhydratation de votre vagin.

Voici nos petits préférés :

  • L’Huile de Millepertuis : vous pouvez l’appliquer en usage externe et interne après votre toilette. En effet, ses propriétés antimicrobiennes, antalgiques, nourrissantes et adoucissantes peuvent faire des merveilles ! ATTENTION : l’Huile de Millepertuis peut être déconseillée selon votre traitement de chimiothérapie. Si vous êtes sous chimio, préférez-lui l’Huile de Noyau d’abricot. Demandez systématiquement à votre médecin traitant afin de vous assurer de la compatibilité des huiles végétales pour votre cas particulier.

  • L’Huile de Noyau d’abricot : on en est super fan (on l’utilise d’ailleurs dans certains de nos produits dédiés aux femmes sous traitements anticancéreux) pour ses vertus nourrissantes et adoucissantes. Un vrai geste douceur pour prendre soin de votre intimité.

  • Le Curcuma : il est déjà connu comme un aliment à favoriser pour lutter contre le cancer ! Ses propriétés antibactériennes en font un super allié pour favoriser les secrétions vaginales ! On ne peut que vous conseiller d’en consommer régulièrement.

  • Le gel d’Aloe vera : on l’adore toujours autant <3 Appliqué en usage externe, il apaise immédiatement les démangeaisons et participe à l’hydratation de votre peau ! Une autre propriété de l’Aloe vera, comme si on pouvait l’aimer encore plus 😉

  • La Camomille : consommée en infusion (pause réconfort assurée !), ses propriétés anti-inflammatoires et apaisantes peuvent aider à lutter contre les sensations d’inconfort et l’irritation vaginale.

Renseignez-vous en pharmacie et/ou en magasin bio pour vérifier que ces produits soient bien adaptés pour vous avant de les utiliser.

4. Et côté sexualité ?

La sécheresse intime peut parfois provoquer des douleurs pendant les rapports sexuels. Et au-delà de la gêne physique, cela peut comporter une réelle dimension psychologique : l’estime de soi peut en prendre un coup et ce ne sont en effet pas les sujets dont nous préférons parler ! On fait quoi du coup ?

 

Et bien justement, parlez-en !

Cette gêne intime peut devenir un vrai casse-tête dans votre couple. Ne la laissez pas le devenir ! Parlez-en avec votre partenaire, et ce dès le début des gênes pour que cela ne devienne pas un tabou. Ne pas en parler constituera à l’inverse une source de stress et de tension supplémentaire qui n’aidera pas du tout votre vagin à retrouver une activité normale !

Et profitez-en pourquoi pas pour trouver avec votre partenaire d’autres pratiques sensuelles pour que vous vous y retrouviez tous les deux, c’est l’occasion d’être créative ! 😉

communication dans le couple secheresse vaginale

La lubrification pour faciliter les rapports sexuels

Avec la sécheresse intime, le vagin perd de sa lubrification naturelle. Les rapports sexuels sont donc plus compliqués et peuvent même devenir douloureux.

Si la sécheresse est légère, un lubrifiant habituel peut être amplement suffisant pour éviter les petites douleurs (faites tout de même attention à sa composition, comme pour tout ce que vous utilisez, vous avez l’habitude !)

Et pour favoriser la lubrification naturelle de votre vagin, des préliminaires plus longs sont toujours à recommander. Encore un peu pour la route, chéri, c’est RE-COM-MAN-DÉ 😉

Et si cela ne suffit pas, parlez-en avec votre gynécologue et/ou votre oncologue pour trouver une solution adaptée à votre cas particulier.

Parlez-en un peu plus !

On vous avait dit que c’était important d’en discuter 😉

 

On espère que vous y voyez un peu plus clair ! Et vous, avez-vous des conseils à donner sur le sujet ?

Produit recommandé dans cet article :

Huile lavante corps peaux sèches même cosmetics

11 commentaires

Voir plus +
  • nana 2 octobre 2018 à 8 h 47 min

    Bonjour à toutes. Touchée de près par la sécheresse vaginale suite à tous les traitements ( notamment la prise de tamoxifène depuis bientôt 10 ans), les rapports intimes sont plus que douloureux. Après avoir essayer ovules et gels sans grand succès, mon oncologue m’a parlé de séances de laser mona que je vais essayer cette semaine. Il me faudra au moins 3 séances, les effets devraient se sentir dès la 1ère séance. Je vous tiens au courant !!! et surtout n’oubiez pas  » la vie est belle » une indéfectible optimiste

    Répondre
    • Judith de MÊME 2 octobre 2018 à 10 h 35 min

      Merci Nana pour votre commentaire ! N’hésitez pas à nous dire si cela a été efficace 🙂 Nous n’avons encore que peu de retours sur ces pratiques de notre côté, et je suis sûre que votre retour d’expérience sera utiles à d’autres femmes concernées.
      Et bravo pour votre mantra, on ne peut qu’approuver 😉

      Répondre
  • eve 13 août 2018 à 18 h 05 min

    comment utilisé l huile d abricot ? usage interne , et externe? es que je peux utilisé le millepertuis j ai eu un cancer sans chimio ,la aussi interne , et comment? merci de votre reponse et de votre rubrique

    Répondre
    • Judith de MÊME 21 août 2018 à 10 h 30 min

      Bonjour Eve,
      Merci pour votre commentaire !
      Normalement le Millepertuis peut être utilisé en externe et interne. Cependant celui-ci peut être déconseillé selon certains traitements de chimio et donc remplacer par de l’huile de noyau d’abricot. Il est donc préférable que vous demandiez au préalable à votre médecin traitant quelles huiles végétales vous pouvez utiliser et quelle est la plus adaptée à votre cas.
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

      Répondre
  • NIC 24 juillet 2018 à 12 h 59 min

    Ménopausée et sous hormonothérapie depuis 9 ans, voilà qq astuces qui améliorent bien le quotidien….. PAS traitant !!!
    -INTIMHAE gélules SANS hormones ( bourrache et Vit diverses )
    – MONASSENS : fluide lubrifiant mais aussi hydratant et NON hormonal

    MERCI les filles d’aborder ce sujet oh combien « handicapant » : la sécheresse est vaginale certes et bien au-delà!!

    Répondre
    • Judith de MÊME 24 juillet 2018 à 14 h 04 min

      Bonjour Nic,

      Merci de votre commentaire et de ces conseils !
      On est ravies que cet article vous ait plu 🙂

      Répondre
    • BRIDGET78 28 juillet 2018 à 0 h 26 min

      Bonsoir et merci pour vos conseils car cela devient problématique d’avoir des rapports sexuels depuis quelques années, malgré de nouveau la prise de traitement hormonal. Je vais tenter vos « astuces »

      Répondre
  • Vanessa 24 juillet 2018 à 1 h 08 min

    les secheresses et crevasses vaginales sous tamo peuvent etre bien calmé par des ovules d acide hyaluronique , ce qui manque a notre corps a cause de la menopause induite par le tamoxifene

    Répondre
    • Judith de MÊME 24 juillet 2018 à 10 h 04 min

      Merci Vanessa de ce conseil ! Cela incitera certainement certaines battantes à en parler avec leur médecin 🙂

      Répondre
  • C. 11 juillet 2018 à 18 h 30 min

    Attention ! Pas de millepertuis pendant la chimio !!

    Répondre
    • Judith de MÊME 11 juillet 2018 à 18 h 49 min

      Bien vu merci ! cela dépend des traitements et de l’utilisation ! Il faut systématiquement vérifier avec son médecin auparavant 🙂 Mais on va le préciser dans l’article pour ne pas donner de mauvaises idées ! Merci encore !

      Répondre

    Laissez un petit commentaire !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *