LES COULISSES DE MÊME

8 femmes, 8 batailles : Julie Meunier

MÊME MALADE - 8FEMMES-JULIE

Aujourd’hui, découvrez l’histoire de Julie Meunier, sixième portrait des 8 femmes qui nous inspirent au quotidien : elles ont été concernées par le cancer, le combattent tous les jours en tant que patientes ou médecins, et elles ont chacune une vision de la vie et de la féminité pendant la maladie. 
Cette semaine, chaque jour, nous partageons avec vous leur combat et leur vision.

Nous n’en sommes pas à notre coup d’essai pour ce qui est de présenter Julie, puisque que nous vous avons déjà parlé d’elle et de son projet « Les Franjynes » dans deux de nos articles : « Chimio et alopécie : foulard ou perruque ? » et « Comment échapper à la perruque avec les Franjynes« .

Julie, c’est avant tout notre copine, parce qu’on se ressemble et parce que les chemins de nos vies se sont croisés à un moment particulier. Mais notre étincelante brunette (ou blonde, ou rousse, selon les jours!) au sourire aussi grand que son coeur, c’est surtout une femme qui force l’admiration. Elle fait partie, comme Lili Sohn et Charlotte, de « notre génération » : une génération de femmes qui tentent de casser les codes et les tabous et qui, grâce à leurs expériences vécues, tentent de transformer la dure réalité de la maladie en quelque chose de positif, de pratique et qui change (un peu) le monde, pour de vrai !

Raplh Waldo Emerson disait que « Réussir sa vie, c’est […] laisser derrière soit quelque chose de bon, […] un coin de jardin ou une société en progrès; savoir qu’un être au moins respire mieux parce que vous êtes passé en ce monde »

Voilà, pour nous Julie a réussi sa vie parce qu’elle a fait en sorte que le quotidien des femmes malades soit moins moche. Elle a créé « Les Franjynes ». Allez, on vous fait un petit rappel :

Les Franjynes, qu’est-ce que c’est ?

Diagnostiquée d’un cancer du sein à l’âge de 27 ans, Julie a lancé son blog plein de positivité et de bonne humeur pour partager ses conseils, tout en se battant contre la maladie pendant un an et demi. Après la perte de ses cheveux, elle s’est vite rendu compte que la perruque ne lui correspondait pas et n’était pas assez confortable au quotidien : elle a donc choisi d’utiliser des turbans féminins et colorés qu’elle a noués de mille façons différentes et qu’elle a accessoirisés avec une fausse frange. C’est comme ça qu’est née l’idée des Franjynes !

« Avoir le sourire, se sentir belle et féminine est une étape essentielle lorsqu’on est atteint d’un cancer. Le moral est primordial pour affronter les traitements qui eux, sont nécessaires à la guérison. Lorsque j’ai perdu mes cheveux, la sensation de me coiffer me manquait. Je l’ai retrouvée ainsi que ma féminité en mettant des turbans sur la tête et en me réinventant mon propre look. » 

Judith & Juliette : Quelle vision de la vie, la féminité, la maladie aimerais-tu partager avec notre communauté ?

Julie: « Ma vision sur tout ça c’est que la vie est un ascenseur émotionnel permanent, qui est capable de nous réserver de très mauvaises surprises, mais aussi de très belles, et ça il ne faut pas l’oublier !
Je pense que dans chaque épreuve on peut tirer une leçon : qu’elle soit positive ou négative, elle nous aidera dans notre construction. Les épreuves nous rendent singuliers, différents, et je trouve qu’il faut cultiver sa différence et en faire une force plutôt que d’essayer toujours de se fondre dans le moule.
Pour moi la féminité ne se résume pas à avoir de longs cheveux et des seins, être une femme c’est une façon d’être avant tout.
Pour ce qui est de la maladie, j’ai eu la chance d’avoir pu transformer l’épreuve en « expérience », car j’ai tiré énormément de force de ce qui m’est arrivé.
Je me répète sans arrêt : tu as vaincu un cancer, plus rien ne peut t’arrêter.
Le cancer m’a fait perdre beaucoup de choses de mon ancien moi, mais quand je fais le bilan il m’a aussi permis de me révéler car aujourd’hui je suis enfin la personne que je voulais être. Et malgré tout ce qui m’est arrivé, malgré la maladie, la peur et les stigmates, j’ai pris 20 ans de maturité et je n’échangerai plus ma vie, pour rien au monde. »
blabla

Judith & Juliette : Quel est le produit MÊME que tu préfères et pourquoi ?

1 commentaire

Voir plus +
  • Lloas 21 mars 2018 à 11 h 49 min

    Julie, tout ce que vous êtes donne envie et rassemble les forces de toutes pour que chacune soit elle-même! Merci!

    Répondre
  • Laissez un petit commentaire !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *